Et si finalement avant ce n’était pas mieux ?

Faites-vous parti(e) de ces personnes qui pensent que c’était mieux avant ou, au contraire, êtes-vous persuadé(e) que nous vivons actuellement dans un monde meilleur ?

Pour pouvoir y répondre d’une manière objective, il faut se poser les bonnes questions. Nous avons souvent une vision idéaliste du passé. En effet, nous nous souvenons principalement des meilleurs moments, ceux de notre jeunesse et de notre insouciance.

Mais rappelons-nous aussi que le passé n’a pas été tout rose à bien des égards. Il a même été terrible pour certaines générations. Alors, et si finalement avant, ce n’était pas mieux ?

Avant ce n’était pas mieux, c’était juste une autre époque

Savez-vous quel est l’article qui a le plus de succès sur mon blog ? Vous allez certainement être étonné(e) lorsque je vais vous l’annoncer ! C’est l’article sur la nostalgie des années 80… Et oui ! A ma grande surprise, il est lu plusieurs fois par jour et parfois commenté par des lecteurs et lectrices que le sujet interpelle. Preuve que nous sommes tous un peu nostalgiques…

« La nostalgie revient quand le présent n’est pas à la hauteur du passé« 

J’avoue que, moi-même, il m’arrive de regretter l’ambiance des années 80, celles de ma jeunesse. Comme toutes les personnes de ma génération, je garde de très bons souvenirs de cette période de ma vie.

Découvrez mon article sur la nostalgie des années 80

Certains commentaires m’ont fait réfléchir et j’ai décidé d’approfondir le sujet en lisant des articles sur cette réflexion. Je me suis également inspirée du livre « C’était mieux avant ! » du philosophe Michel Serres que je vous conseille.

J’ai découvert que les français étaient nombreux à penser que c’était mieux avant. On les appelle les passéistes ou les CMA (C’était Mieux Avant). Il faut dire que la France est un pays de râleurs contestataires pessimistes. En clair, nous ne sommes jamais contents !

Nos ancêtres étaient-ils plus dans l’acceptation ?

Quand on pense aux conditions de vies de nos ancêtres, on réalise que nous avons une chance inouïe. Leur vie était faite de petits bonheurs simples, de travail, de labeur, de souffrances, de peurs et de séparations. Mais se plaignaient-t-ils ? Jamais ! Ils ne connaissaient rien d’autre et ils n’avaient qu’un but, celui de survivre avec ce qu’ils avaient. Si comme moi, vous avez eu la chance que vos grand-parents vous racontent leurs passés mouvementés, vous savez de quoi je parle…

ma chère grand-mère Victoria dans les années 30

Après avoir recensé tous les avantages de vivre à l’époque actuelle, j’ai pris conscience que je devais absolument arrêter de râler pour rien. Ce qui est assez difficile car en plus d’être française je suis une femme …

Alors, quelles sont les différences entre la vie au siècle dernier et notre vie actuelle ? Il y en a énormément mais je commencerai par celle qui me tient le plus à coeur.

La condition de la femme

Quoi qu’on en dise, la condition de la femme a évolué par rapport au siècle dernier et plus loin encore. Pauvres comme riches, elles étaient très mal considérées. Elles étaient juste bonnes à faire des enfants et à obéir. Aucune liberté ne leur était permise. Pas de possibilité d’ouvrir un compte bancaire, de se marier sans avoir l’autorisation des parents, de sortir sans chaperon, de se vêtir comme elles le souhaitaient, de voter, d’avorter, de divorcer. Les parents et les époux décidaient de tout !

Bref, elles étaient vouées à être de bonnes épouses ou à rentrer au couvent. Que ferions-nous si on revenait en arrière nous les femmes libérées ? Je pense que nous ne supporterions pas cette vie que je qualifierai de véritable calvaire…

Le pire étant la violence faite aux femmes. Avant on ne l’évoquait pas. Les viols étaient fréquents mais on les cachait sous peine d’être la honte du village ou du quartier. Aucune aide psychologique, on vivait avec.

Notons que l’invention de la pilule a permis aux femmes de choisir d’avoir ou pas des enfants. La conséquence a été la baisse de la natalité et du nombre de familles nombreuses. En effet, les femmes n’avaient pas vraiment le choix. Elles subissaient le fait d’avoir un grand nombre d’enfants souvent rapprochés. Imaginons combien nous serions sur Terre si la pilule n’avait jamais existé ?

L’hygiène

Se laver tous les jours est une évidence pour nous. Normal, nous avons tous une salle de bain qui nous permet de prendre des douches quotidiennement. Mais il ne faut pas oublier qu’il n’y a pas si longtemps que ça, on se lavait dans un baquet au milieu de la cuisine. Et pas tous les jours. Le reste du temps, la toilette était assez sommaire. Seul les riches avaient le privilège d’avoir une salle de bain. Quant aux toilettes, ils étaient sur le palier ou dans la cour. Ce manque d’hygiène provoquaient toutes sortes de maladies sans parler des odeurs…

Laver le linge était également toute une histoire ! On devait se rendre au lavoir ou à la rivière. Les femmes passaient des heures à brosser, rincer et étendre le linge. Dans ces conditions, il était impossible de changer de tenues tous les jours ! On gardait ses vêtements toute la semaine et on avait le privilège de porter sa plus belle robe le dimanche.

De nos jours, lorsqu’on porte deux jours un vêtement, on a l’impression d’être sale ! Merci à l’inventeur de la machine à laver qui a permis aux femmes de se faciliter la vie. D’ailleurs, on pourrait citer des tas d’appareils ménagers qui ont rendu notre quotidien moins pénible…

La santé

Les progrès de la médecine ont rallongé notre espérance de vie mais ils ont également permis la naissance et empêcher la mort. Entre les vaccins et les traitements médicaux, nous avons la chance de pouvoir guérir de certaines maladies et surtout de ne plus en contracter certaines carrément mortelles.

L’invention de l’anesthésie est également révolutionnaire. Les opérations se font sans souffrance et c’est un réel confort. Rappelons nous ce temps où on nous opérait sans nous endormir…Les souffrances devaient être atroces…

Les progrès de la médecine ont donc changé nos vies. On vit beaucoup plus longtemps, on souffre moins, on profite de la vie et on voit grandir nos enfants et nos petits-enfants.

La guerre

La dernière guerre mondiale s’est terminée en 1945. il y a donc 74 ans. Toutes ces années sans avoir peur qu’un bombardement ne vienne tuer nos familles, détruire nos maisons c’est carrément une grande chance. Plus d’inquiétude de se faire arrêter, torturer et envoyer dans des camps de concentrations. On ne s’imagine pas ce que c’était car nous ne l’avons pas vécu mais les périodes de guerres ont été dévastatrices.

Nous vivons donc une période assez exceptionnelle à savoir que cela fait plus de soixante-dix ans que nous n’avons pas été en guerre et c’est la première fois que nous avons un intervalle de paix aussi long en France. Pourvu que ça dure …

L’alimentation

On dit souvent qu’avant on mangeait plus sain. Pas de pesticides, que des légumes de saison. on consommait local ou tout simplement ce qu’on cultivait dans son potager. C’était le temps des plats rustiques qui nourrissaient bien. Certains ne mangeaient pas toujours à leur faim. Entre les guerres et la misère, nourrir sa famille était souvent difficile. A table, rien de très raffiné mais des soupes et des ragouts.

Aujourd’hui, on se nourrit différemment, de manière plus variée. Les supermarchés ont remplacé les commerces du quartier. Leurs rayons regorgent de produits du monde entier. Les plats préparés nous facilitent la vie.

Plus besoin de cuisiner des heures, 5 minutes au micro-ondes et c’est prêt ! On mange de tout à toutes les saisons. Le saumon et le chocolat ne sont plus réservés aux repas de fêtes. Les oranges ne sont plus des cadeaux du père Noël mais des fruits que l’ont boit le matin au petit-déjeuner.

La communication

Le téléphone a été une invention révolutionnaire. Auparavant, on correspondait. On guettait chaque jour le facteur en espérant une réponse. Le téléphone existait mais il était réservé à une certaine classe sociale.

LES DEMOISELLES DU TÉLÉPHONE: Aspect d’un bureau téléphonique parisien

Puis, le téléphone portable et internet ont fait leur apparition et tout a changé. On a réduit les distances entre les humains. On est à Rio ou New York en quelques clics. Un Océan nous sépare mais on peut se voir, se parler .

Expédier un courrier à l’autre bout du monde, trouver la réponse à une question, faire un virement ou des achats sans se déplacer est devenu un jeu d’enfant.

Les progrès technologiques ont également permis de sauver des vies. Perdu(e) dans la montagne, blessé(e) sur la route, victime de violence, on a la possibilité de joindre les secours d’urgence peu importe où nous nous trouvons. Internet a été magique pour certains d’entre nous puisque qu’il a réuni des familles et des ami(e)s perdus de vue depuis de nombreuses années.

Les moyens de transport

On n’y pense pas, mais il n’y a pas si longtemps, aller de Paris à Marseille mettait des jours. L’invention du train et de l’automobile a été salutaire. Elle a permis de voyager plus rapidement qu’à cheval ou à bicyclette. Encore un gain de temps et moins de pénibilité pour l’homme. Par la suite, Le TGV et l’avion ont considérablement réduit la durée des trajets. Ces dernières années, les compagnies aériennes ont finalement démocratisé les voyages dans les contrées lointaines jusque là réservées aux plus aisés. Le tourisme s’est donc développé et a permis à des personnes du tiers monde de sortir de la misère.

Avant ce n’était pas mieux …

Je constate que le quotidien de nos ancêtres n’était pas des plus faciles et qu’il leur fallait beaucoup de courage. Ils se satisfaisaient de peu.

Aujourd’hui, tout est différent. Malgré les progrès technologiques, les changements de mentalités, nous ne sommes pas forcément plus heureux. Peut-être sommes nous devenu(e)s d’éternels insatisfaits ?

Alors qu’en pensez vous ? Avant c’était mieux ou… pas ?

Quels sont pour vous les avantages et les inconvénients de vivre en 2019 ?

Merci pour vos commentaires auxquels je répondrai avec grand plaisir !

Si cet article vous a fait réfléchir et vous a plu, n’hésitez pas à le partager sur votre page FACEBOOK.

Muxu.

Sandrine

26 Commentaires

  1. 25 octobre 2019 / 16 04 04 100410

    Coucou Sandrine ! 🙂 Je prends enfin le temps de lire ton article qui m’a beaucoup plu à plus d’un titre. Tout d’abord, Effectivement, je crois que l’on doit se méfier de la nostalgie et de notre mémoire : j’ai moi aussi eu la chance d’avoir mes arrières grands parents. Toutefois, si pour eux la guerre n’a pas été une bonne chose, bien évidemment, leur rapport à la terre était très fort (je viens de la campagne), et ils étaient hélas « visionnaires » quant à ce que la nature un jour, nous ferait payer le prix fort pour ainsi la « maltraiter ». Mes grands-parents surtout me disaient que les « progrès » étaient bons…mais qu’il y aurait forcément un jour où nous devrions « payer la facture ». Oui, ils étaient « visionnaires » : peut-être l’esprit « pragmatique » des hommes de la terre (dans le sens noble du terme : c’est-à-dire, ceux qui aiment la terre, pas ceux qui la maltraite en ne la considérant que comme un « garde-manger » que l’on traite à coups de pesticides.) ? Pour ce qui est des « progrès », tout est également relatif : s’il est indéniable que nous avons gagné en qualité de vie, nous avons perdu en « savoir bien vivre ». Soeur Emmanuelle a écrit « Richesse de la Pauvreté », sujet que je souhaitais traiter sur le blog, et qui rejoint certains points que tu soulèves : aujourd’hui, ces pays que l’on dit « pauvres », ont pourtant tant de richesses que nous, avons hélas perdu. Oui, ils ont gardé la joie de vivre, que nous avons perdu dans nos pays devenus si « riches ». Alors oui, nous avons « tout », et nous devrions nous en réjouir plutôt que de toujours nous « lamenter », râler, sur ce que nous avons perdu…C’était mieux avant ? Pas sûr…mais bon…les années 80, c’était bien quand même ! lol. Merci beaucoup pour cet article très intéressant ma Sandrine 🙂 Il y a tellement à dire que je vais m’arrêter là ! 😉 Je t’envoie de gros bisous et te souhaite une très belle journée 🙂 <3 Nathalie

    • Sandrine
      Auteur
      25 octobre 2019 / 17 05 37 103710

      coucou Nathalie, rassure toi, il est passé ton commentaire ! je remarque que les personnes de notre génération sont assez nostalgiques des années 80. peut-être regrettons nous le temps de notre jeunesse ? mais je ne pense pas que ce soit la seule raison. Les années 80 ont été formidables pour des tas de raisons. Ce que je constate c’est que nous avons tout pour être heureux grâce aux progrès technologiques et aux bonnes conditions de vie que nous offre notre pays mais nous ne le réalisons pas toujours. Certes, certaines choses doivent évoluer mais pour cela il faut en avoir envie. Tout est question de motivation. En tout cas, de plus en plus de personnes concernées par la planète ont envie de consommer moins et mieux et c’est la bonne nouvelle. restons positifs même si certains jours les journaux télévisés nous démoralisent … gros bisous.

  2. Jacqueline
    25 octobre 2019 / 9 09 05 100510

    Eternel refrain répété ça et là par quelques nostalgiques. S’il est vrai que nous pouvons regretter que la jeunesse ne soit plus aussi insouciante que nous l’étions nous-mêmes, les progrès dans tout les domaines nous ont apporté beaucoup en matière de confort. Même si la société est devenu plus violente plus instable, je suis sûr que nos anciens rêveraient de connaitre le monde d’aujourd’hui.
    Merci pour ce bel article Sandrine qui nous fait réfléchir, c’est parfois nécessaire!

    • Sandrine
      Auteur
      25 octobre 2019 / 11 11 02 100210

      merci Jacqueline, c’est un article que j’ai aimé écrire car il m’a rappelé ce que me racontait ma grand-mère. Sa jeunesse et sa vie n’ont pas été roses et je pense qu’elle aurait préféré vivre à notre époque. Bonne journée. bises.

  3. Catherinesentimots
    24 octobre 2019 / 11 11 07 100710

    Je crois que la nostalgie est un piège de notre mémoire car tu as raison , nous ne gardons que le meilleur des souvenirs, en général. La souffrance a toujours existé…. la joie aussi !
    Profiter du moment, c’est peut être le secret …

    • Sandrine
      Auteur
      24 octobre 2019 / 11 11 15 101510

      Coucou Catherine, nous devons apprendre à profiter de chaque moments de bonheur car on sait que cela ne durera pas forcément. A chaque époque son lot de positif et de négatif. Mais j’avoue que vivre avec la guerre et ses horreurs fait que je suis heureuse d’être née en 1966… bises 😁💋💋

  4. 23 octobre 2019 / 18 06 18 101810

    Bonjour Sandrine, il est clair que le progrès a rendu nos conditions de vie meilleures qu’avant, mais je ne sais pas si nous en sommes plus heureux ! Avant on appréciait ce que l’on avait maintenant nous vivons dans une société de sur-consommation et d’individualisme certain . Je pense sincèrement que nous sommes des éternels insatisfaits. Je suis assez nostalgique des années 80 car c’était l’insouciance, sans être hyperconnecté comme aujourd’hui. Mais il faut vivre avec son époque je crois. Gros bisous

    • Sandrine
      Auteur
      23 octobre 2019 / 18 06 42 104210

      Coucou, oui c’est exactement ça ! nous sommes d’éternels insatisfaits… nous ne réalisons pas toujours la chance que nous avons de vivre en France. Entre la liberté d’expression et les avantages sociaux nous sommes gâtés. Avant ce n’était pas mieux mais cela ne signifie pas qu’aujourd’hui c’est bien. Il a du positif et du négatif. Merci pour ton commentaire. Bisous.

  5. 23 octobre 2019 / 16 04 10 101010

    Coucou Sandrine,
    Moi aussi, j’ai la nostalgie des années 80, je me rappelle qu’ado, on s’amusait entre copines sans les réseaux sociaux !

    La société d’aujourd’hui, est devenue individualiste, de la consommation a tout va !!

    Mais, il faut savoir vivre avec son temps car il y a eu des progrès en ce qui concerne la condition des femmes même si nous devons nous battre chaque jour, face à une inégalité des salaires Hommes/Femmes et pour nos droits tout simplement !
    Bisous !

    • Sandrine
      Auteur
      23 octobre 2019 / 17 05 35 103510

      coucou val, comme je te comprend ! les années 80 ont été une époque formidable. comme tu le dis, notre génération a connu d’énormes progrès dans tous les domaines et cela nous a apporté énormément de confort dans notre quotidien. En ce qui concerne la condition de la femme, il faut continuer à se battre. Il y a encore du boulot ! merci et bisous.

  6. 22 octobre 2019 / 19 07 43 104310

    Coucou Sandrine,
    Bravo pour cet article très bien mené. Ayant la chance d’avoir eu 2 Grand Mère de 99 ans, elles m’ont plus d’une fois raconté leurs vies, c’est bien sûr les guerres qui les ont plus marquées mais elles ne s’en plaignaient pas vraiment. C’etait une autre époque qui a eu des avantages et des inconvénients comme la nôtre aujourd’hui. Je suis assez nostalgique surtout concernant les rapports humains, trop d’individualisme, moins de bienveillance, les progrès technologiques ont dénaturé tout ça et c’est triste. Dans les années 80 nous étions insouciantes…… aujourd’hui nous sommes conscientes et nous pouvons faire en sorte d’etre heureuse en profitant de la vie et de nos proches.
    Tu parlais des guerres, il y en a encore dans certains pays, nous nous avons les grèves, les gilets jaunes et les violences ressemblant à des « guerillas « qui ont affecté les populations, un manque de personnel considérable dans les hôpitaux, des bien out à répétitions etc…Alors pour nous tout n’est pas rose non plus, c’est mon avis personnel.
    Grosses bises

    • Sandrine
      Auteur
      23 octobre 2019 / 9 09 20 102010

      coucou Marie-jeanne, il est vrai que la télévision et les réseaux sociaux ont changé les rapports humains. nous sommes devenus plus individualistes. c’est bien dommage…
      notre société actuelle n’est pas rose mais aucune époque ne l’a été. Nous avons cette grande chance de ne pas avoir subi la guerre surtout quand on sait que la dernière a fait 40 millions de morts… les conditions de travail au siècle dernier étaient difficiles. Il fallait travailler plus de 45 heures pour un salaire de misère. sans parler des maladies qu’on ne pouvait pas guérir… bref ce n’était pas simple… chaque époque a du bon et du mauvais. Merci pour ton témoignage. bisous.

  7. Mimie
    22 octobre 2019 / 17 05 16 101610

    Coucou .Pourquoi les gens sont-ils insatisfaits ?…peut-être sommes-nous trop gâtés ?….pas assez de frustrations,( pourtant essentielles à la construction psychique)la consommation immédiate ,le modernise qui ne laisse plus de place aux valeurs profondes,à la création, l’imagination,des agendas surbookés…cest le monde,tel que je le perçois .
    Pour tout ça, oui,je suis nostalgique d’hier ou j’ai connu ces longues soirées entres voisins ,les amis,la famille,à papoter,sans tv,la solidarité, l’entraide, l’empathie,on riait bcp,on s’amusait avec rien .A nous de conserver ,ceux a quoi on croit
    La vie est heureuse aussi, mais on vit plus ,pour soi et plus égoïstement.
    Ce sujet me ferait écrire des livres,on continue le sujet en papote ma chérie, cette fin de semaine, bisounettes

    • Sandrine
      Auteur
      23 octobre 2019 / 9 09 24 102410

      coucou mimi, il est vrai que la télévision a tout changé. elle nous a enfermé dans nos maisons et a réduit nos rapports humains. nous sommes devenus plus individualistes. la société a évolué, il n’y a aucun doute. il y a du bon et du mauvais dans le progrès. je sais combien ce sujet t’intéresse ! bisous et à très vite.

  8. FRANCOISE
    22 octobre 2019 / 16 04 45 104510

    Bonjour Sandrine, je pense que les « 30 glorieuses » (années après la seconde guerre mondiale) sont pour beaucoup responsables de cette réflexion : « avant c’était mieux ».
    J’ai eu la chance de connaître une arrière grand-mère née en 1900 qui ne trouvait pas qu’avant c’était mieux. Elle se réjouissait des nouveautés : électricité, téléphone, télévision, les premiers ordinateurs….elle allait à l’école à pieds (12 kms), elle avait connu l’eau au puits
    C’est une époque que même nos enfants de 40 ans, 30 ans, 20 ans nous envient.
    L’avenir semblait radieux : école et études, ascenseur social, peu de chomâge, soins pour tout le monde, habitation confortable, voiture, vacances…
    On ne parlait pas ou peu de pollution et des conséquences de nos nouvelles industries.
    C’était une époque très particulière que l’on voulait normale.

    Mais effectivement, si l’on reprend l’histoire de notre monde, ce n’était pas simple et rose bonbon.

    Ton sujet très intéressant rebondit sur ma lecture actuelle du philosophe Michel Onfray : « décadence » que je te recommande vivement pour son décorticage de notre monde, de la place de l’homme. Si le titre n’est pas optimiste, le contenu est passionnant et me permet de retrouver plus de sagesse et d’humilité.
    Bisous.

    • Sandrine
      Auteur
      23 octobre 2019 / 17 05 54 105410

      coucou Françoise, ce sujet est très intéressant et il nous fait réagir de manières très différentes. Il y a ceux qui pensent qu’avant c’était mieux et ceux qui préfèrent notre époque. Je pense que si nous n’avions pas voulu aller trop vite, si on avait plus pensé à notre planète et aux futures générations, on pourrait vivre dans le meilleur des mondes. La corruption, l’argent et la soif du pouvoir ont également contribué à rendre le monde comme il est actuellement. c’est vraiment dommage… espérons que dans l’avenir, nous soyons moins égoïstes et individualistes. merci pour ton commentaire pertinent. bisous.

  9. 22 octobre 2019 / 9 09 52 105210

    Chaque époque est différente et non ce n’était pas mieux avant m^me si nous avons de super souvenirs de jeunesse, le monde change et évolue et nous aussi il faut s’adapter et ne pas rester dans la nostalgie !
    Gros bisous

    • Sandrine
      Auteur
      22 octobre 2019 / 10 10 23 102310

      coucou ma belle, j’avoue que je suis nostalgique des années 80 que j’ai trouvé tellement super ! notre époque a du bon et du mauvais car un monde parfait ça n’existe pas ou peut-être sur une autre planète. Quand on regarde le passé on se rend compte que nos conditions de vie actuelles sont bien meilleures que celles de nos ancêtres. bonne journée. gros bisous

  10. Sylvette
    22 octobre 2019 / 8 08 28 102810

    Bravo pour cette article qui permet une profonde réflexion. J’éprouve de la nostalgie en effet mais celle de l’enfance de l’insouciance qui n’a en fait rien à voir avec le passé proprement dit.
    Pour le reste j’apprécie ma chance de vivre maintenant et dans cette partie du monde pour les raisons que tu évoques.
    Mais il y a une chose que tu évoques et qui m’interroge moi aussi: malgré leurs conditions de vie, nos ancêtres étaient toujours heureux de leur vie et ne connaissaient pas ou peu l’insatisfaction que tant de gens connaissent de nos jours… Michel Serre répond il a cela dans son livre? Que je vais m’empresser d’acheter d’ailleurs.
    Merci pour cet article et de gros bisous.

    • Sandrine
      Auteur
      22 octobre 2019 / 10 10 31 103110

      coucou Sylvette, j’ai l’impression que nous sommes de grands pessimistes. alors qu’en fait nous avons la chance de vivre dans un pays ou il n’y a pas la famine, la guerre et la misère. bien entendu, tout n’est pas rose et les journaux télévisés sont là pour ne le rappeler. quand on voit ce qu’il se passe dans le tiers monde, on devrait arrêter de se plaindre. et je pense également à mes arrières grands-parents et à mes grands-parents qui ont vécu dans des conditions pas toujours faciles et qui se satisfaisaient de peu. Michel Serres donnent des anecdotes dans son livre et parlent également de notre côté râleur et pessimiste. c’est très intéressant. merci pour ta visite et bonne journée. Gros bisous.

  11. 22 octobre 2019 / 8 08 22 102210

    Hello Sandrine : j’ai adoré te lire mieux avant ou pas oui en effet ca dépend ……….

    • Sandrine
      Auteur
      22 octobre 2019 / 10 10 31 103110

      merci ! oui ça dépend des personnes et de leur perception du passé…

  12. 22 octobre 2019 / 8 08 00 100010

    Alors là Sandrine ….CHAPEAU !!!! J’adore ton article tellement riche et bien écrit ! Je n’ai plus la chance d’avoir mes parents depuis mes 30 ans…je n’ai pas connu mes grands parents…il me reste les photos. Heureusement je suis issue d’une grande fratrie avec une soeur de 71 ans ! (presque une maman) et elle est la mémoire de cette époque. Je suis nostalgique de ma jeunesse pas par rapport à la vieillesse mais par rapport à mes parents qui me manque et cette période où nous sommes inconscient, et tellement loin des tracas de la vie…
    Encore merci ma belle. Gros bisous

    • Sandrine
      Auteur
      22 octobre 2019 / 10 10 38 103810

      Merci ma copinette, tu me fais très plaisir ! j’ai la chance d’avoir été élevée par ma grand-mère qui m’a raconté plein d’anecdotes de sa vie passée et je regrette tellement de ne pas les avoir écrites à ce moment-là … nous sommes toutes un peu nostalgiques de notre jeunesse même si la maturité nous a apportée beaucoup de positif dans nos vies. les êtres chers nous manquent mais je me console en me disant qu’un jour nous les retrouveront avec bonheur…gros bisous.

  13. 22 octobre 2019 / 7 07 37 103710

    Bonjour Sandrine, magnifique article qui nous permet de réfléchir au temps qui passe. Je ne sais pas si c’était mieux avant, et chaque époque a son charme. Si nos ancêtres revenaient aujourd’hui je ne pense qu’ils comprendraient notre manière de vivre.
    Je discute souvent avec ma maman de sa jeunesse, des contraintes qu’elle avait. Mais également des plaisirs simples que nous ne sommes plus capables d’apprécier. Merci de nous permettre de réfléchir via ce blog. Belle journée, bises

    • Sandrine
      Auteur
      22 octobre 2019 / 10 10 41 104110

      coucou corinne, il est certain que si mon arrière grand-mère revenait elle aurait du mal ! les choses ont tellement évolué en un siècle. les mentalités et l’éducation n’en parlons pas … c’est en réfléchissant au passé et justement aux plaisirs simples que nos ancêtres savaient apprécier que j’ai décidé d’arrêter de râler ! souhaite moi bonne chance !!!! bisous.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :

Vous recherchiez quelque chose?